Eimear Ryan-Rateau, Fondatrice d’Argot Studio, Quand la technologie rencontre l’artisanat 

Eimear Ryan-Rateau fondatrice de Argot Studio dans son atelier  à Ivry-sur-Seine. 

Mélange de blanc, de bois et de créations dans l'atelier. 

Le Monde de RÉUNI explore l'univers, le parcours et les points de vue d'artisans, d'artistes, d'entrepreneurs, de personnalités des industries créatives et culturelles qui contribuent à la préservation et à la valorisation des savoir-faire et qui influencent d'une manière ou d'une autre notre esthétique et notre art de vivre.


Et si la technologie ouvrait de nouvelles voies créatives ? En s’intéressant de plus près aux modes de production, la designer irlandaise Eimear Ryan-Rateau s’est appropriée l’impression 3D pour fabriquer des objets. Avec Argot Studio, elle a réussi à faire converger l’artisanat, le design et l’innovation au service de codes esthétiques à la fois brutalistes et organiques. Si elle a commencé par des projets de scénographie pour des marques, aujourd’hui elle se sert de ses connaissances de l’espace et du volume pour mettre en scène ses productions dans un univers qui lui est propre.


C’est depuis son atelier à Ivry-sur-Seine, sorte de laboratoire digital, qu’elle édite ses créations pleine de contrastes : des vases aux lignes courbes, asymétriques, à la géométrie parfois radicale, texturés ou lisses, qu’elle propose dans sa ligne d’objets Argot Edit. Ancrée dans une logique de design responsable, elle se sert de matériaux biosourcés pour obtenir toute une variété de rendus. 


Eimear nous ouvre les portes de son atelier où elle façonne les contours d’un nouveau design. Aujourd’hui elle nous parle d’objets, mais de nouvelles échelles se dessinent au fil de cet entretien… 

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur toutes les plateformes d’écoute de podcasts, ainsi que la retranscription en bas de la page.

Le bureau d'Eimear. 
La fenêtre de l'atelier donnant sur la cour. 
Aujourd’hui, je suis avec Eimear Ryan. Eimear pourrais-tu te présenter ?

Je suis une designer irlandaise basée à Paris depuis 7 ans. J’ai commencé en tant qu’architecte d’intérieur à Paris. J’ai lancé Argot studio il y a 3 ans. Au début il s’agissait plutôt de projets scénographiques et très naturellement j’ai fait une première collection de meubles fabriqués par mon père en Irlande. Aujourd’hui, j’utilise l’impression 3D comme mode de production à Ivry-sur-Seine. Je design des meubles mais aussi des objets. 

Le monde intérieur

Où sommes-nous ?

On est dans la pièce où je travaille tous les jours. Il s’agit d’une petite pièce dans l’atelier qui lui est plus grand. Les imprimantes sont à côté dans un espace fermé, on en a 25 ce qui peut provoquer quelques bruits et vibrations.

Peux-tu nous décrire cet endroit ?

On est dans une ancienne usine de Schneider qui a été construite dans les années 20 je pense. C’était une usine qui fabriquait des composants électriques donc ça résonne plutôt bien avec ce qu’on fait. Ça a été rénové il y a quelques années pour faire des ateliers, des lofts et des appartements. Il y a un portail avec un petit jardin. Des enfants viennent jouer ici et les habitants s’occupent de leur potager l’été, donc c’est un endroit très sympa. L’atelier il est assez grand et il est tout blanc, on n’a pas fait de travaux. Il y a des touches de chêne et ça fonctionne très bien avec l’esthétique d’Argot Studio. C’était déjà comme ça, on a juste refait la peinture. C’était un peu fait pour nous. On a eu de la chance de tomber sur cet atelier.
Les imprimantes 3D qui servent à la production de Argot Edit. 

Les matériaux utilisés pour la production en impression 3D arrivent en bobine. 

C'est quoi Argot Studio ? 

Au début, je faisais plutôt des projets de scénographie dont un avec une marque de mode espagnole. On a réfléchi sur le design d’objet pour faire une installation et j’avais beaucoup d’idées et d’objets en tête. 

Mais quand on est jeune designer, je pense qu’on a tous le même problème : c’est très cher et difficile de trouver la bonne production.


Mon mari, Joe, voulait acheter une imprimante pour ses projets personnels le week-end, c’est son côté un peu geek. Moi je n’étais pas pour au début. Mais, quand il a fini par l’acheter, j’ai compris que je pouvais l’utiliser pour réaliser les objets que j’avais en tête donc j’ai fait des vases qui allaient ensemble pour ce premier projet. Et tout de suite des personnes ont réagi et on a senti le potentiel d’utiliser l’impression 3D, cela nous ouvrait beaucoup de possibilités. Donc il a commencé à travailler avec moi il y a quelques mois et on va voir comment cela va se dérouler.

Donc Argot Studio, c’est un studio créatif. Ce ne sont pas que des objets et des meubles mais aussi tout l’espace qui va avec. Depuis le début, je n’ai pas voulu me limiter à l’architecture d’intérieur. Je ne dis jamais non à un projet si celui-ci m’intéresse, je reste ouverte à toutes les propositions. Il n'y a pas très longtemps, on a lancé Argot Edit qui est une série d’objets produits en utilisant l’impression 3D. Pour le moment ce ne sont que des objets, et j’espère bientôt les meubles, qui sont imprimés avec des matériaux durables et innovants. Quant à Argot Studio, ça reste flexible. Je fais encore des projets de scénographie, des projets sur-mesure avec des marques, qui sont très différents les uns des autres.

Des objets et prototypes miniatures conçus par Eimear. 

Des vases qui mélangent matières, textures, et couleurs organiques. 


Dans quel univers as-tu grandi et en quoi ça a fait mûrir ton esthétique ?

Mon père est très talentueux mais dans son goût et son esthétique, il est beaucoup plus classique. Il a construit une maison anglaise typique géorgienne. Il ne comprend pas trop, tout ce qui est moderne et contemporain. J’aime bien le fait qu’il ait plein de compétences techniques. J’ai toujours été très fascinée par mon environnement. Même dans ma chambre en Irlande, j’étais obsédée par le fait que je pouvais organiser ma chambre de différentes façons de sorte à changer ma perception et mon humeur. Très jeune à Noël, je demandais comme cadeau des nouveaux rideaux par exemple. Je ne sais pas si c’était normal (rires). Mon parcours n’est pas évident. Je n’ai pas fait d’école de design. Je ne pensais pas que c’était possible de se créer une carrière dans le design, peut-être parce qu’en Irlande il n’y a pas cette importance accordée au design comme en France. Je suis partie à 18 ans pour voyager. Et petit à petit, j’ai compris qu’il fallait que je fasse ça. Je fais toujours des choses qui me ressemblent, sans regarder ce que font les autres, même si avec Instagram c’est difficile (rires). 

Comment décrirais-tu ton esthétique ?

Je trouve ça très dur à définir. Une fois quelqu’un a qualifié mon travail de “Memphis blanc”. Memphis est un mouvement de design dans les années 80 post-moderne, qui a été influencé par l’architecture. Il y a sûrement un côté Memphis dans mon travail. C’est vrai que je garde des couleurs neutres, mais c’est plus que ça parce qu’il y a des formes organiques. 

J’aime le contraste entre les formes brutalistes et sculpturales avec un matériau doux comme le bois. 

Je peux prendre une forme très organique en mélangeant avec la technologie de l’impression 3D. Donc je dirais que c’est le contraste qui est intéressant pour moi.

A venir chez Argot Edit : le mobilier. 

Vase aux formes sculpturales imprimé en 3D. 

Qu’est-ce qui t'inspire ?

J’aime beaucoup voyager, me balader à Paris ou en France dans de petites villes au milieu de nulle part. Je regarde beaucoup de films et je m’en inspire. 

Je vois qu’il y a pas mal de livres autour de toi…

C’est une petite partie de ma collection. Je fais des brocantes partout en France et j’aime trouver des livres. Le vieux livre que tu vois là est un livre de décoration des années 50 ou 60. À Paris, j’aime beaucoup les magasins de livres d’occasion. Il y a un échantillon de bois à côté, c’est le premier échantillon en chêne massif que mon père a fait pour moi, j’avais une idée très précise de la finition que je voulais : mat et doux. J’adore ce morceau de bois. Là, ce sont de minis prototypes de chaises imprimées. Les imprimantes 3D sont très pratiques pour s’apercevoir des proportions et je trouve ça fascinant de voir la miniature.

Comment définirais-tu ton art de vivre ?

C’est très varié. Il faut que je bouge dans ma vie. Je veux que ça soit riche en termes de cultures et de rencontres. J’ai des amis très différents. J’ai toujours mes meilleurs amis d’enfance et je suis très proche de ma famille en Irlande. Je veux que mon art de vivre reste varié. Mais Argot est constamment dans ma tête, même en vacances.
Accumulation de créations Argot Edit. 

Prototypes de meubles imaginés par Eimear. 

Quelle est la place du vêtement dans ton travail ?

Je pense que c’est très important de se sentir à l’aise et forte dans ses vêtements. J’adore les costumes, j’en porte souvent car c’est très pratique. C’est très lié à mon travail dans le sens où il faut que je me sente confortable et forte dans mon esthétique. Tout est lié : l’espace, les vêtements, les vases… 

Quel est ton uniforme ?

Chemise et costume. J’aime bien les coupes masculines mélangées avec des pièces féminines.

Tu pourrais faire des vêtements ?

Je n’ai jamais essayé ! Je ne dis jamais non aux projets qui m’intéressent mais je n’y ai jamais pensé.
Eimear dans son studio. 
Projets en cours. 
Quel est ton processus de création ?

Je commence toujours avec une esquisse. Je n’arrive pas à dessiner à l'atelier, la plupart du temps je le fais dans un train, dans un avion, dans un bus, un Airbnb… Il faut que je bouge, parfois c’est très rapide et j’ai tout de suite envie d’imprimer. Je dessine très peu au quotidien. Je peux très bien dessiner quelque chose le matin et avoir un objet le soir. Mais la plupart du temps, je garde le dessin de côté et quelques temps plus tard, si j’ai encore envie qu’il existe je réfléchis et je le modélise. Pour l’instant j’ai un très vieil ordinateur auquel je suis attachée mais qu’il faudrait que je remplace, je l’appelle Betty. J’utilise SketchUp même si certains disent que ce n’est pas le meilleur pour modéliser. La plupart du temps je vais installer ces modélisations sur un de mes espaces imaginaires qui existent que j’ai créé et que je publie parfois sur mon Instagram. Ça peut être une cuisine, une chambre imaginaire, avec une architecture qui me ressemble et qui correspond à l’espace Argot idéal. Je fais un rendu et j’obtiens une image avec un objet qui peut devenir réel. La prochaine étape consiste à transférer ces données à l’imprimante grâce au Slicer. Je joue avec les paramètres pour que l’imprimante puisse comprendre la forme que j’ai designé. Parfois il faut rajouter des supports. Puis je passe à l’imprimante pour faire les tests de prototypage et j’obtiens mon objet. 

Eimear et son compagnon Jean-Eloi qui a rejoint Argot Studio. 

Eimear à son bureau. 
Où veux-tu l’emmener ce projet ?

En ce moment, il y a un vrai focus sur le fait que la technologie est une solution pour la production du designer. On arrive à produire des objets de design à Paris. Je suis obsédée par le fait que la technologie mélangée avec l’artisanat et le design façonnent le futur. Je connais pas mal de gens qui utilisent l’impression 3D seulement pour le prototypage. Mais il y a beaucoup de matériaux très intéressants qui sortent sur le marché : on a imprimé des objets à partir de coquillages ramassés en Normandie mélangés avec du PLA (plastique de maïs naturel donc biosourcé et biodégradable), des matériaux à base d’algues, des mélanges de bois. Ce sont vraiment des bonnes solutions pour un designer avec des finitions très intéressantes. On n’est pas obligé de fabriquer des meubles en Chine, parce que c’est l’option la moins chère mais mauvaise pour la planète. Je trouve que ça peut réintroduire de la fabrication en France, qui avant était un pays connu pour ça. Pour Argot, on souhaite des méthodes de production durables et basées en France en utilisant la technologie. On va bientôt avoir une plus grande imprimante pour faire des meubles, on veut aussi tester une machine pour couper des matériaux et faire du mobilier. 

Tu te décris comme un artisan finalement ? 

Je ne sais pas, parce que ça reste associé à des gens qui fabriquent avec leurs mains alors que moi je laisse la machine faire. C’est peut-être ça le futur : le mélange entre l’artisanat et la technologie.

Pour découvrir l’intégralité de l’interview retranscrite cliquez ici.

Retrouvez également l’interview sur toutes les plateformes d’écoute de podcasts.

Crédits photos RÉUNI.


Références :


Argot Edit : https://argotedit.com

@argot_studio : https://www.instagram.com/argot_studio/ 

@argot_edit : https://www.instagram.com/argot_edit/

@annelisemichelson : https://www.instagram.com/annelisemichelson/ 

Kristen @sayhito_ : https://www.instagram.com/sayhito_/

Liquid error: Cannot read properties of undefined (reading 'render')
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique