Faire un sac d’exception. Conversation autour du Crossbody.

Le Crossbody · Cuir Grainé · Écru et Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac sur la fontaine d'Amalfi 

Détails du Crossbody · Cuir Grainé · Cognac

C’est la rentrée ! Le moment de préparer son cartable pour retourner au travail… Vous l’attendiez depuis longtemps, certaines d’entre vous ont eu la chance de le voir lors de notre Pop-Up Store chez Centre Commercial en juin dernier, le Crossbody fait son entrée dans le vestiaire RÉUNI.


Si vous ne nous connaissiez pas encore, il faut savoir qu’Alice, la co-fondatrice et directrice artistique de RÉUNI et Adrien le co-fondateur sont tous deux issus du monde de l’accessoire dans des maisons de luxe. C’est donc avec beaucoup de joie que nous nous sommes plongés dans la réalisation de notre premier sac. Après plus d’un an de travail, nous sommes ravis du résultat. Le processus a été riche en échanges, entre vous et nous mais aussi avec nos collaboratrices en or. Certes, nous avions de l’expérience dans ce domaine, mais il nous fallait une expertise irréprochable pour réaliser LE sac qui vous tienne dans le temps. 

Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac dans la serre du jardin botanique de Rome 

C’est donc accompagnés de Faustine Boutin, designer maroquinerie et de Virginie Ducatillon, fondatrice du service de vente de stocks dormants Adapta, que notre sac a pris forme. 


On vous fait suivre tout le processus de conception du sac RÉUNI, depuis les premières idées à la réalisation du shooting. Et si vous avez envie de plonger dans la conversation sur le chemin du travail, l’enregistrement podcast est aussi disponible : 

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir, Cuir Grainé · Chocolat,  Cuir Grainé · Cognac dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac à Rome. 

Adrien (RÉUNI) : Aujourd’hui, on souhaiterait vous raconter l’histoire de notre sac à main : le Crossbody. Alice pourrais-tu nous expliquer la genèse de ce sac à main ?


Alice (RÉUNI) : Tout a commencé il y a longtemps. Adrien et moi-même sommes à l’origine designer accessoire. Quand on constitue un vestiaire, il y a forcément un moment où on a envie d’ajouter des accessoires pour parachever une silhouette. En tant que designer sac à main pour Adrien et designer chaussures pour moi, on est très attachés aux pièces en cuir parce qu’on trouve que ça apporte la touche finale à chaque look. Pour le vestiaire de la femme, on a eu très envie de faire un sac à main.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir sur le bateau entre Naples et Ischia 

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir sur le bateau entre Naples et Ischia 

Adrien : Quelles étaient nos envies ?


Alice : Pour notre tout premier sac, on voulait faire un sac pratique pour tous les jours, qui soit très versatile et adaptable. Le Crossbody était notre envie première parce que c’est le sac le plus facile à porter, on peut le mettre en bandoulière et avoir les mains libres. C’est une typologie de sac qui est la plus commune donc ça nous paraissait être une évidence. On avait envie d’un format, d’un volume qui soit assez « boxy » c’est-à-dire en forme de boîte construite et structurée. On n’est pas sensible à ce qui est flou ou mou, on voulait qu’il soit pratique de par sa tenue. Ce qui était important, c’était de trouver un dessin de sac intemporel, sobre, élégant, passe-partout et en même temps qui ait une vraie identité propre. 

« Tout le challenge était de réussir à faire un sac qui soit particulier dans son design mais qui en même temps puisse durer dans le temps. »

Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru dans le jardin botanique de Rome 

Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru dans le jardin botanique de Rome 

Adrien : Oui ce caractère intemporel est très important… 


Alice : Souvent quand on achète des sacs vintage, il y a toujours un côté daté qui est apporté par la forme ou par la matière avec des fois une toile monogrammée ou un fermoir. On voulait épurer le plus possible le design de notre premier sac.


Adrien : Il y a nos envies, mais il y a aussi celles de nos clientes. Comme toujours on est parti d’un questionnaire, qu’est-ce qui a été dit ?


Alice : On commence toujours par des questions générales du type : quels problèmes avez-vous avec vos sacs à main ? Qu’est-ce que vous aimeriez dans le meilleur des mondes ? Cela nous permet d’identifier certains problèmes. Le point majeur qui est ressorti est la question de la praticité : il fallait un sac qui en volume ne soit pas trop imposant mais qui permette de contenir beaucoup comme un livre, un chéquier, un téléphone… tout en étant pas trop lourd à porter. Dans cette continuité, il fallait qu’il soit adaptable dans le sens où on peut régler la longueur de la hanse. On peut le porter autant en sac sur l'épaule, qu'en bandoulière simple ou croisée ce qui marquera le côté casual ou chic selon nos envies.

« Acheter un sac en cuir, c’est un investissement et on a envie qu’il dure dans le temps. »

Le Crossbody · Cuir Grainé · Griotte devant la fontaine de Trévise à Rome

Le Crossbody · Cuir Grainé · Griotte à Nardo dans les Pouilles 

Adrien : C’est un peu l’obsession que l’on a chez RÉUNI. On a toujours cette envie de réaliser une pièce adaptable, c’est-à-dire qui puisse se porter de plusieurs manières différentes, dans des contextes différents tels que la campagne, la ville, le bureau… On a pensé le sac à main de cette façon.


Alice : Oui, en plus du côté adaptable, il y a aussi le côté du rangement qui est important. Généralement, on aime bien compartimenter dans nos sacs : avoir plusieurs poches qui sont liées à des utilités diverses. On a décidé d’avoir une poche centrale, une poche plaquée et zippée à l’intérieur et une poche dans le dos. Le deuxième sujet qui était demandé par nos clientes, c’est évidemment la qualité. 


Parfois les cuirs peuvent laisser à désirer, ils peuvent se rayer dû à l’usage quotidien. Il fallait trouver un beau cuir, de très grande qualité, qui se patine comme il faut dans le temps et qui ne se raye pas. En termes de design, d’après le questionnaire, nos clientes étaient à la recherche d’une pièce intemporelle.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir à Rome après une bonne pasta.

Le Crossbody · Cuir Grainé · Écru sur la plage de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Adrien : Une fois qu’on a le brief de nos clientes, quelle est l’étape suivante ?


Alice : On cherche une star du sac à main ! On a rencontré Faustine Boutin qui est designer maroquinerie freelance pour les plus belles maisons. Elle nous a accompagnés pour la conception de notre sac.

Le Crossbody · Cuir Grainé · Griotte à Amalfi.

Plantes du jardin botanique de Rome.

Adrien : Certes, on avait de l’expérience dans l’accessoire mais on avait cette envie d’aller chercher quelqu’un qui s’y connaissait très bien. Faire un produit bien pensé et produit chez les meilleurs fabricants, ça demande un réseau et de l’expérience.


Alice : On a commencé par analyser le questionnaire et parler de nos envies à Faustine. On a cherché des images d’inspirations. Adrien a aussi une grande collection de sacs que l’on a ressortie pour l’occasion pour voir les détails, les volumes, la main qui nous plaisaient. Faustine a pris le relais en commençant à réaliser beaucoup de recherches par le dessin et la maquette papier. Au fil des rendez-vous, l’idée du sac s’est construite. Au début, on pensait à un fermoir en métal qu’on a finalement abandonné au cours du processus. C’est vraiment un échange entre Faustine et RÉUNI pour mettre au point nos envies. Faustine nous a présenté à 3C un atelier de maroquinerie qui se situe à Scandicci à côté de Florence. Elle travaille avec 3C depuis un moment. Ils ont été ravis de nous recevoir. C’est là qu’on a réalisé les premiers prototypes, cette étape est très excitante car c’est là où le dessin prend vie. C’est aussi beaucoup d’allers-retours pour tester le volume, faire les tests de qualité et voir la mise en œuvre des détails.

Le Crossbody · Cuir Grainé · Chocolat dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Alice et Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Adrien : Faustine, pourrais-tu te présenter et revenir sur ton parcours ?


Faustine Boutin : Je m’appelle Faustine Boutin, je suis designer maroquinerie. Avant je travaillais en interne pour différentes marques en maroquinerie et puis suis devenue freelance depuis trois ans. Je suis diplômée des Arts Décoratifs à Paris et à la sortie de mes études, j’ai rencontré plusieurs personnes qui m’ont proposé des missions en freelance pour de l’accessoire. Ça m’a beaucoup plu et j’ai eu envie de me spécialiser dans ce domaine. Je suis rentrée chez Louis Vuitton où j’ai travaillé dans les ateliers pour apprendre la partie technique et le savoir-faire. J’y ai découvert tout le milieu du cuir et des tanneries qui m’a paru passionnant. J’ai rencontré l’équipe de RÉUNI il y a un an et nous avons commencé à travailler sur le Crossbody.

Alice et Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir à Galleria d'Arte Moderna.

Adrien : Parle nous des coulisses, comment s’est déroulée notre collaboration pour concevoir un sac digne des grandes maisons de luxe ?


Faustine Boutin : On a commencé par beaucoup échanger ensemble sur ce qu’était RÉUNI. J’avais besoin de comprendre vos goûts pour voir vers quel univers il fallait s’orienter. J’ai vite compris que ce qui vous plaisait dans l’accessoire, c’était avant tout la matière plus que l’ennoblissement. Dans cet esprit, on a abordé différents portés et formes guidés par le questionnaire de votre clientèle. Ce sont ces points assez précis qui nous ont permis d’établir les grandes lignes. On est donc partis sur un petit sac avec rabat, élégant mais minimal avec une signature sans pièce métallique. C’était un échange permanent nourri par des images, des matières, des façons de coudre et de monter un sac. Puis on est passé par la partie textile, la maquette et le croquis. Vous avez été assez rapide au niveau du choix. J’ai travaillé sur des maquettes en papier pour commencer à réfléchir sur le volume en vue d’envoyer une pièce aboutie au fournisseur. On voulait dès le départ de la qualité et un savoir-faire, il était évident que le sac devait être monté tel un vrai produit de maroquinerie. Je vous ai donc proposé le fabricant 3C avec qui j’avais déjà eu l’occasion de travailler. Ce sont des partenaires de longues dates qui étaient prêts à me suivre dans des nouveaux projets donc c’était super agréable.


Un palmier dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Lily et Le Crossbody · Cuir Lisse · Grenat sur une plage dans les pouilles.

Adrien : Pour pouvoir rentrer dans cette usine en Italie qui travaille avec de grandes maisons, j’ai l’impression qu’il faut montrer patte blanche. Bien que nous commencions à prouver notre notoriété, ils ne nous connaissaient pas. C’est grâce à toi si nous avons pu y accéder.


Faustine Boutin : Je pense qu’on a aussi été aidé par le contexte. Pendant cette crise sanitaire, il y a eu une baisse de clients et de production. À ce moment les fabricants étaient assez ouverts et motivés. Je les avais déjà rencontrés pour un projet avec une autre marque. Déjà à cette époque ils étaient très curieux des jeunes marques et ils croyaient en la réussite. On est vite intimidé quand on démarre une marque, les fabricants ne nous connaissent pas forcément et c’est un gros challenge. On a réussi à faire une belle collaboration avec RÉUNI et 3C.


Adrien : 3C est une entreprise familiale créée par le père et reprise par les enfants. J’ai senti que notre aventure entrepreneuriale les touchait énormément. Il y avait une connexion entre eux et nous ne serait-ce que par ça. On a été très bien reçus.


Faustine Boutin : En effet, on a bien vu leur caractère d’entrepreneur. Suite à cette crise sanitaire, ils ont fait beaucoup de changements dans l’usine. Ils ont investi dans des machines, ils se sont agrandis et ils prennent des risques pour répondre à des demandes de jeunes marques car ils sont capables de faire des productions en interne. En parlant avec eux, on en apprend aussi beaucoup et c’est là qu’on trouve des solutions ensemble. On a plus intérêt à se comporter comme ça pour mieux appréhender la suite de la collaboration.

Lorenzo de 3C qui teint les tranches du Crossbody.


Lorenzo de 3C s'apprête à embosser le logo RÉUNI sur le Crossbody.

Adrien : Explique-nous, comment a-t-on procédé avec 3C ? Comment est-on passé de la maquette en papier à un volume en cuir ?


Faustine Boutin : J’ai transmis le volume en papier en plus des fiches techniques qui expliquaient tout en détail mais il s’agissait aussi d’une discussion avec les modélistes et le développeur de 3C autour de la main et de nos attentes. Les images d’inspiration sont importantes à montrer car elles permettent de faire comprendre le rendu souhaité. Il faut savoir qu’au début on avait un inconnu : la matière. La rencontre avec Adapta a été une évidence. Au début, c’était complexe car on avait une idée bien précise de la matière mais ils ne l'avaient pas sous la main. Puis vous avez eu un coup de cœur sur une matière, on a fait des prototypes et ça a été une belle surprise au niveau de la main. J’ai ensuite proposé d’y ajouter des fils de différentes teintes et des tranches de couleurs foncées pour donner plus de caractère. C’était un travail riche en rebondissements mais très organique. On a pu réfléchir au produit, tout en laissant du temps à l’usine pour avancer sur le prototype.

« Le sac a pris de plus en plus de personnalité au fil des prototypes. » 


Le Crossbody en papier et Faustine en pleine recherche autour du fermoir.


Faustine qui travaille sur le Crossbody.

Giuseppe de 3C qui assemble Le Crossbody.


Giuseppe de 3C qui travaille sur le prototype du Crossbody.

À l’origine on parlait d’un passant sur le devant avec une pièce métallique, puis on s’est rendus compte qu’on n’était pas à l’aise avec cette version, ni de notre côté, ni lors de la présentation à des clientes de RÉUNI. Le caractère s’est établi par la bandoulière qui passe autour du sac, par le logo RÉUNI assez identifiable et finalement ça allait de soi.


Adrien : Maintenant quand on le voit, il nous apparaît comme une évidence. On l’a emmené partout avec nous en Italie et on a l’impression qu’il a toujours existé. Pour revenir sur la main, comment définirais-tu ce terme ?


Faustine Boutin : Quand on parle de main pour un cuir, c’est le ressenti lorsqu’on touche une peau. Elle peut être souple, rigide,  lourde, légère, avoir un toucher lisse ou grainé… La main d’un sac correspond à la façon dont on veut que le sac se comporte. On parle souvent d’une main dite « ronde » : quand le cuir a un peu plus de poids et qu’il donne de belles courbures au volume.

« Il y a beaucoup de sensibilité et de sensualité dans le cuir, ce côté tactile me plaît beaucoup dans la maroquinerie. »

Quand on voit un cuir, on a besoin de poser sa main dessus pour voir si on l’aime. 

Alice et Le Crossbody · Cuir Lisse · Amande à Nardo dans les Pouilles.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir et Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru.

Adrien : C’est un objet qui fait partie de notre quotidien, on fait presque corps avec.

Faustine Boutin : Complètement, il y a une vraie notion de sensibilité. Inconsciemment, une personne qui choisit son sac à main va ressentir cet aspect. C’est aussi la manière dont on se comporte avec l’objet.

Adrien : C’est tout le challenge de notre marque. On va vendre le sac RÉUNI à distance et beaucoup de nos clientes ne pourront pas le toucher avant de le précommander. Comment pourrait-on le décrire ? Quelle est la différence entre le cuir lisse, foulonné et grainé ?

Faustine Boutin :  Le cuir lisse, foulonné et grainé sont des manières de tanner le cuir. On a fait le choix de différentes qualités de peaux :


- Les cuirs grainés sont de très beaux cuirs avec un grain naturel qui ressort au moment du foulonnage. C’est une technique qui consiste à insérer les peaux dans des cylindres avec de l’humidité et de la chaleur qui vont faire ressortir le grain. 

Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac.

Le Crossbody · Cuir Grainé · Chocolat.


- Les cuirs lisses ont été travaillés pour garder la peau d’origine avec un grain très fin.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Grenat dans la serre du Jardin Botanique de Rome.

Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru sur la plage aux galets d'Amalfi.

On voulait un sac ni trop « boîte » ni trop souple pour pouvoir le remplir facilement. On a réussi à avoir ces critères à la fois dans le montage en bord franc qui apporte de la rigidité et à l’inverse le corps du sac est traité avec moins de renforts. Sur le rabat, on voulait un aspect un peu mou et agréable au toucher pour lui donner de la rondeur et de la féminité. On a donc joué sur plusieurs mains sur ce sac. Le côté cuir grainé va lui donner un aspect plus casual et les couleurs cognac et chocolat sont intemporelles. On a choisi le noir en cuir lisse pour lui donner un côté plus chic et citadin en plus des couleurs crème, verte quant à elle plutôt printanières.

Galleria d'Arte Moderna

Le Crossbody · Cuir Lisse · Noir à Galleria d'Arte Moderna

Adrien : On est très heureux de cette collaboration.


FaustineBoutin : Je rajouterais que ça a été une belle collaboration et de belles rencontres. J’ai passé des moments très agréables avec vous et Virginie Ducatillon d’Adapta. Depuis le début on a réussi à être en phase avec la marque, on ne s’est pas égarés. Quand on est en processus de création, on peut vite être amené à s’éloigner, mais on a trouvé l’équilibre tout au long du projet.


Adrien : Pour finir, es-tu contente de ce sac ? Est-ce que tu l’achèterais ?


Faustine Boutin : Oui, et c’est rare que je veuille acheter un des sacs que je dessine. J’ai aimé le temps qu’on a pris pour le faire, ce qui n’est pas souvent le cas dans le milieu de la mode. J’aime ce produit car les cuirs choisis sont de très belles matières et il est aussi dans ma sensibilité minimale.


Alice : Avec Adrien on aime beaucoup le cuir. Mais on est aussi très attachés à l’éco-responsabilité de nos matières. D’où notre choix de travailler avec Virginie Ducatillon, la fondatrice d’Adapta.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Grenat à Amalfi.

Alice et Le Crossbody · Cuir Grainé · Cognac dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Adrien : Virginie, pourrais-tu te présenter ?


Virginie Ducatillon : J’ai travaillé pendant une dizaine d'années dans la mode en développement de collection maroquinerie en maison de luxe. J’ai créé Adapta il y a trois ans. Cette idée m’est venue de mon expérience professionnelle car je voyais qu’il y avait énormément de matières qui étaient stockées et parfois même détruites par différents acteurs de la mode, autant par les producteurs de matière que les fabricants et les stocks des maisons de luxe. Adapta répond à ce gaspillage de matières nobles de très bonne qualité et évite la surproduction de ces matières. C’est une solution d’approvisionnement de matières, du cuir en l'occurrence et prochainement de textile.


Adrien : Concrètement, qu’est-ce que le deadstock et d’où vient-il ?


Virginie Ducatillon : Le deadstock s’explique par le fonctionnement structurel de la mode. Je doute qu’on arrive à un deadstock égal à zéro malheureusement. On récupère donc ces matières pour les revaloriser. Le deadstock existe car les maisons lancent leurs idées, leurs projets et anticipent les commandes avant la confirmation des achats en boutique. Parfois on récupère directement des peaux chez les tanneurs car elles ne correspondent pas au cahier des charges des maisons de luxe. Ce n’est pas forcément une question de qualité mais simplement une question de coloris. On produit beaucoup de cuir dans cette industrie, ceux qu’on propose correspondent au 10% de la meilleure qualité du cuir mondial.

Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru dans les Jardins de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Vue de la Méditerranée depuis l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 


Adrien : Le cuir n’a pas très bonne presse. On parle souvent de cuir animal ou de matières dites « véganes », nous on a choisi le premier. Pourquoi ce choix selon toi ?


Virginie Ducatillon : Il faut rappeler que tout ce qui n’est pas issu de la matière animale ne peut pas être appelé cuir. On parle de matière végane versus le cuir qui est issu d’un animal. Pour moi il est tout à fait logique d’utiliser le cuir, c’est même bon pour la planète. C’est le premier recyclage de l’humanité car il provient de l’industrie alimentaire. D’autant plus que cette matière dure dans le temps et elle se patine. En ce qui concerne les matières véganes, elles utilisent du plastique et sont généralement moins durables et qualitatives. Le syndicat du cuir européen (SGCP) a demandé une étude pour réaliser des tests de qualités entre ces deux types de matière  et il a été démontré que le cuir animal résistait mieux que les matières véganes.

Le Crossbody · Cuir Lisse · Grenat et Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru à Amalfi.

Statue à la Villa Medicis de Rome.

Adrien : On parle aussi du tannage végétal et du tannage au chrome. Quelle est la différence ?

 

Virginie Ducatillon : Chaque tannage va avoir un impact sur la planète. Le tannage végétal va utiliser beaucoup plus d’eau que celui au chrome. Le tannage au chrome est minéral et utilise forcément du chrome qui ne va pas complètement disparaître après le processus de tannage. Les tanneries avec lesquelles on travaille sont obligées de suivre des réglementations et d’avoir un filtrage de ses eaux usées. Tout ce qui est rejeté est propre. Entre les deux, le tannage au chrome permet de réaliser plus de procédés en termes de rendu car il est plus rapide. 90% du tannage mondial est fait au chrome. Pour le végétal, le cuir peut s’altérer avec la lumière dans le temps. Les deux sont de très bons tannages mais chacun à ses spécificités. 

Alice et Le Crossbody · Cuir Grainé · Chocolat.

Maria, Francesca et Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru à Amalfi.

Adrien : Comment procédez-vous pour sourcer vos cuirs ?


Virginie Ducatillon : Chez Adapta, on a deux manières de fonctionner. D’abord, on sélectionne chez les tanneurs et les producteurs les peaux qu’on achète pour se les faire livrer. On n’en fait pas un stock dormant, ce sont seulement de petites quantités. Puis on a aussi imaginé un système du type « Vente Privée ». On travaille main dans la main avec des maisons de luxe qui luttent contre le gaspillage de cette matière. On réserve certains articles dans leur entrepôt qui correspondent à 50m2 voire 100m2 par peau que l’on dédie à des clients comme RÉUNI car ils ont besoin de grandes quantités. On fait un inventaire qualité puis on les met en vente en ligne pendant une dizaine de jours à des marques ou des artisans. Le total des précommandes nous permet de faire notre propre commande auprès de la maison de luxe. S’ensuit toute une opération de logistique de redistribution vers les destinataires. Pour les clients qui ont besoin de plus de temps pour se décider, on les accompagne dès les pré-sélections d’échantillons pour les conseiller au mieux. J’ai donc pris en compte les besoins de RÉUNI pour leur proposer les bons coloris. Cela s’est fait sur trois ventes exclusives. En amont de ces ventes en ligne, dès qu’on fait notre inventaire dans l’entrepôt de la maison de luxe, on envoie une peau par coloris au client pour qu’il puisse réaliser un prototype.

Lily et Le Crossbody · Cuir Lisse · Grenat sur une plage dans les Pouilles.

Adrien : Peux-tu nous parler des peaux qu’on a choisies, leur provenance et leurs spécificités ? 


Virginie Ducatillon : Tous les cuirs que vous avez choisi sont faits avec un tannage chrome et issus de veaux ou de vachettes. Il y avait une finition lisse ou grainée qui a été assistée par plaque en embossage. Pour les coloris on a essayé de proposer des coloris neutres tels que le noir, le cognac, le chocolat, le bordeaux, l’écru et le vert amande.

Escaliers qui descendent sur la plage de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Palmiers dans les Jardin de l'Hôtel Parco Dei Principi à Sorrento. 

Adrien : Qu’en est-il des tanneries ?


Virginie Ducatillon : Il y a plusieurs tanneries. Ces cuirs ont été sourcés auprès de maisons de luxe qui travaillent avec des tanneries françaises et italiennes.


Adrien : En quoi est-ce qu’on a un impact positif en achetant les cuirs chez Adapta ?


Virginie Ducatillon : On ne va pas économiser des ressources mais on va faire en sorte d’utiliser l’existant. On a fait un gros travail de calcul de notre impact. 


- En 2020 chez Adapta, on a évité de relancer 4 tonnes de cuir, ce qui correspond 140 mille litres d’eau soit à un besoin vital annuel de 150 personnes. En termes d’émission de CO2, cela représente 11 tonnes soit 1,44 fois le tour de la terre en voiture.


- Pour RÉUNI, cette action d’upcycling pour le Crossbody a nécessité 700 m2 de cuir. Vous avez donc évité l’utilisation de 28 mille litres d’eau, l’équivalent de besoin annuel en eau de 30 personnes et vous avez évité 2 tonnes d’émission de CO2 (soit 294 tours de périphérique en voiture !).


Chaque petit pas compte. Le rapport du GIEC paru en août 2021 rappelle que chaque tonne de CO2 compte. C’est déjà un premier pas.

Maria, Francesca et Le Crossbody · Cuir Foulonné · Écru à Amalfi.

Plage d'Amalfi.

Adrien : On a discuté de la genèse, de la fabrication et de la matière. Maintenant, parlons de la campagne photo. Alice quelles étaient nos envies pour la mise en image de notre sac à main ?


Alice : On a décidé d’allier l’utile à l’agréable. Durant l’été avec Adrien nous sommes partis en Italie pendant un mois pour notre voyage de noces mais aussi pour rendre visite à nos fabricants. Les sacs à main sont venus avec nous. On a immédiatement pensé à la série photo Italian Summer de Claude Nori. On les a emmenés à Amalfi, Florence, Rome, dans les Pouilles, à la plage… On a même demandé à des italiens de les prendre en photo avec ! L’idée était de faire paraître toute l’Italie au travers cette campagne car le sac lui-même est italien, ce qui fait sens.

Deux amoureux et Le Crossbody · Cuir Lisse · Amande à Amalfi.

Propos recueillis par RÉUNI - Crédits photos RÉUNI 

Article précédent
Article suivant
Fermer (esc)

Popup

Use this popup to embed a mailing list sign up form. Alternatively use it as a simple call to action with a link to a product or a page.

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique